La sérigraphie est une technique d’impression qui consiste à appliquer de l’encre à travers un cadre avec une toile tendue et des pochoirs (appelés stencils). Elle peut fonctionner sur carton, sur cuir ou encore sur papier, mais c’est sur tissu que nous l’avons utilisée pour la création de notre noeud papillon à six mains. Maïa, qui fait des ateliers d’initiation à la sérigraphie à la Recyclerie (restaurant et ferme urbaine du 18e arrondissement parisien), a gentiment accepté de reproduire le motif imaginé par Alice sur du tissu pour une création complètement unique.

crayon quatremain

Le matériel

Pour pratiquer la sérigraphie, il faut pas mal de matériel. Pour tout vous dire, c’est avec une valise que Maïa est arrivée au Studio.

  • Un ou plusieurs pochoirs
  • Un ou plusieurs cadres (autant de cadres qu’il y a de pochoirs)
  • Du scotch pour fixer les pochoirs aux cadres
  • Un cutter
  • Du tissu / du carton / du papier
  • De l’encre textile / carton / papier
  • Un fil de couleur pour assurer les raccords
les ustensiles nécessaires à la sérigraphie

Les ustensiles nécessaires à la sérigraphie

La préparation

Création du motif et choix des couleurs

Avant même la sérigraphie, il faut réaliser le motif et sélectionner les couleurs. Pour tester les couleurs et l’épaisseur de peinture à appliquer, il est bien d’avoir un morceau du tissu qui sera utilisé à la fin (selon l’épaisseur, le grammage ou encore la couleur du tissu, le résultat obtenu est différent).

Le matériel nécessaire à la sérigraphie

Les autres accessoires nécessaires à la sérigraphie.

Création du (des) stencil(s)

Le pochoir, aussi appelé stencil, est l’outil phare de la sérigraphie. Il en faut autant qu’il y a de couleurs dans le motif à imprimer. Pour préparer ses pochoirs, Maïa a reproduit chacune des formes sur un fichier réalisé sur Photoshop. Elle a ensuite utilisé un plotter de découpe, une machine qui découpeses pochoirs. « Avant, je faisais tout à la main avec un cutter. Mais la machine permet de réaliser des motifs bien plus minutieux. Et ça me fait gagner du temps ! ».

La réalisation

Maïa commence par étendre une bâche sur la table en bois brut pour la protéger. La sérigraphie est une activité assez salissante pour les non initiés 😉

Mise en place du stencil

La précision du pochoir est aussi essentiel que le fait qu’il reste en place pendant l’opération. Pour maintenir le stencil en place, Maïa le scotche sur le cadre, à l’extérieur. Elle répète ensuite l’opération sur l’ensemble des cadres.

Le stencil fixé au cadre

Sur cette image, on voit bien, en transparence, le stencil fixé au cadre.

Mise en place du tissu

Une fois les pochoirs fixés au cadre, Maïa les met de côté, le temps de mettre en place le tissu sur lequel l’impression va être réalisée. Elle le repasse afin d’éviter des petits défauts.

Passage de la couleur et raccords

Maïa place un premier cadre face contre le tissu et récupère à ses côtés la couleur dont elle a besoin. Elle dépose un peu de peinture avec une marise en plastique (oui, oui, comme l’ustensile de cuisine) et passe une raclette pour étaler et racler l’encre. Le tissu est fin : elle n’aura besoin de passer qu’une seule couche de couleur. Elle retire ensuite l’excédent de peinture et retire le cadre.

Le placement du cadre sur le tissu

Maïa place son cadre sur le tissu en fonction des motifs qui ont déjà été réalisés. Des feuilles de papier journaux protègent les motifs déjà réalisés.

Le passage de la couleur avec la raclette

Une fois le cadre placé et maintenu, Maïa dépose de la peinture et passe la raclette. Elle retire ensuite l’excédent de peinture.

Le plus difficile est de répéter le motif à plusieurs reprises sur le tissu en assurant une certaine continuité. Pour cela, Maïa utilise une ficelle de couleur qu’elle utilise pour marquer l’emplacement du motif le plus haut. Elle place ensuite des feuilles de journal sur les motifs déjà imprimé pour les protéger.

Pour éviter ces problèmes de raccord, il est possible d’utiliser de plus grands cadres. Ils demandent plus de main d’oeuvre : il est plus difficile de maintenir en place seul un cadre de taille A3 (29 x 42 cm) tout en passant la peinture.

Passage des autres couleurs

L’opération est répétée couleur après couleur.

Entre chaque passage, un petit coup de séchoir à cheveux pour ne pas étaler l’encre des motifs déjà imprimés.

Séchage

Une fois l’impression terminée, séchez au sèche-cheveux pour accélérer ou laissez à l’air libre… loin du chat, pour éviter les catastrophes. 😉

Puis pour finir, passer un coup de fer à repasser pour fixer l’encre sur le tissu.

le motif au final

Le motif lorsque les quatre couleurs sont passées.

Et on n’oublie pas de nettoyer ses cadres et ses pochoirs assez rapidement pour éviter que l’encre n’accroche et pour pouvoir les réutiliser.

Assistez aux ateliers de Maïa PIERRE

Designer textile et styliste, Maïa s’est formée à la sérigraphie pendant ses études. Elle n’a pas l’opportunité d’en faire au jour le jour, dans son travail en tant que free lance au sein de bureaux de tendances, mais elle a décidé de lancer des ateliers pour la pratiquer régulièrement et faire découvrir ce savoir-faire. Vous pouvez la retrouver à la Recyclerie, dans le 18e arrondissement de Paris, les samedi après-midi et certains soirs de la semaine. Retrouvez les horaires sur sa page Facebook 🙂

crayon quatremain

Merci Maïa pour cette jolie découverte et pour le temps accordé !

A demain pour découvrir le second partenaire qui est intervenu sur la création de ce noeud papillon : la marque Ikonizaboy !

Marièke

Je m'abonne à la newsletter

Recevez régulièrement les derniers articles du blog, des articles exclusifs et des codes promotion
pour notre e-shop à venir très vite... On ouvre en septembre !